Rechercher

La milpa, mère de toutes les cultures associées


Ancêtre de toutes les associations de culture si chères aux jardiniers bio, et plus généralement, du principe même de permaculture, la milpa, est une culture très productive au point que la FAO (Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture) considère que, lorsqu'elle est associée à la tenue d'un petit potager vivrier complémentaire (appelé au Mexique le "solar"), elle est une solution pour atteindre la souveraineté alimentaire dans les pays où elle est cultivée. A l'inverse bien entendu, de la monoculture. C'est à la fin du mois d'avril ou au début du mois de mai que la période est favorable pour s'essayer à la milpa, et ouvrir son jardin au monde !

L’association du maïs, des haricots grimpants et de la courge n’est pas due au hasard. Le maïs sert de tuteur aux haricots, qui, légèrement ombragés produisent moins d’amidon et s’en trouvent plus gouteux. Ceux-ci, grâce à leurs nodosités racinaires fixent l’azote de l’air au profit des deux autres « plantes sœurs ». Enfin, au sol, les larges feuilles de la courge assurent un couvert qui protège la terre des intempéries et donc du tassage et du lessivage des éléments nutritifs. De plus leur ombrage favorise la rétention de l’humidité et limitent le développement des mauvaises herbes. Au niveau diététique, les trois soeurs sont totalement complémentaires et constituent un régime alimentaire équilibré. Energétique, le maïs apporte glucides et protéines en masse. Les haricots secs, également très protéiques, complètent les acides aminés manquants à la céréale. La courge, quant à elle, est source de lipides et de vitamines. Enfin, l’exploitation horizontale et verticale de la surface de culture permet une récolte très importante sur un espace limité : le plus fort rendement agricole du monde !

La milpa dans votre jardin

Pour être effective la création d’une milpa nécessite une parcelle d’au moins 5 m2 pour laisser la place nécessaire à l’épanouissement des courges. A la fin du mois d'avril, commencez par semer trois graines de maïs en poquets, espacés de 50 cm en tous sens. Vous ne conserverez ensuite que le plant le plus vigoureux. Quand il atteint une quinzaine de centimètres, semez trois graines de haricot à rame autour de lui. Enfin, dix jours plus tard, tous les mètres et en tous sens, semez deux graines de courges entre deux pieds de maïs.

Une vraie culture durable

En fin de saison, les rémanents de culture laissés par les courges et le maïs sont volumineux et permettent après compostage ou simple décomposition sur place sous forme de paillis grossier, de maintenir la terre fertile. Si bien que le biotope créé par la milpa (ombrage, humidité, fleurs, sol meuble et aéré…) contribue à favoriser le maintien de la biodiversité. A noter qu'il existe dans le sud-ouest de la France une culture traditionnelle de haricots tarbais sur des pieds de maïs dont la qualité gustative, est réputée. Les grands esprits se rencontrent.



20 vues1 commentaire

Posts récents

Voir tout